Bolt – la plateforme énergétique belge – se fait remarquer à Reykjavik en restituant à la Première ministre islandaise 1.000 garanties d’origine

Bolt – la plateforme énergétique belge – se fait remarquer à Reykjavik en restituant à la Première ministre islandaise 1.000 garanties d’origine

Le message de Bolt est clair : « Cessez de commercialiser des garanties d’origine d’énergie verte, faute de quoi nous n’aurons jamais d’énergie vraiment durable en Belgique. »

Reykjavik, 7 août 2020 – La plateforme d’énergies renouvelables Bolt a restitué aujourd'hui 1.000 garanties d’origine à la Première ministre islandaise sur le pas de son bureau de Reykjavik, en lui demandant instamment d’en cesser la commercialisation. Bolt s’insurge contre la ‘verdisation’ d’énergie grise dans notre pays, grâce (notamment) aux garanties d’origine islandaises. « Pour faire une vraie différence, les consommateurs doivent opter pour de l’énergie verte locale. Les certificats islandais ne contribuent en rien à la transition vers une énergie verte en Belgique », affirme Pieterjan Verhaeghen, CEO de Bolt. « Voilà pourquoi nous avons choisi de les restituer, très concrètement, à la Première ministre. C’est le moment d’échanger l’énergie vert-de-gris contre une énergie vraiment verte et locale. » 

Bolt s’est installé vendredi après-midi sur le seuil de la résidence officielle de la Première ministre Katrín Jakobsdóttir, afin de lui remettre 10.000 garanties d’origine islandaises. La Première ministre s’est déclarée surprise par cette action :

« Je n’avais pas conscience que ce système posait un problème en Belgique. Cette réglementation est une matière européenne, mais je prends bonne note du fait qu’une entreprise belge souhaite que l’Islande cesse de vendre des garanties d’origine. J’en discuterai avec le ministre de l’Energie », dit la Première ministre Katrín Jakobsdóttir.

 

Story image

La presse islandaise a titré dès ce matin sur cette initiative hors du commun de Bolt. Quant à Koen Kjartan, il a été l'invité d’une émission matinale très écoutée en Islande, diffusée par la radio Bylgjan.

Frettabladid online et Mbl.is (le site d'information le plus populaire) ont également diffusé la nouvelle.

Story image

Quel est le problème ?

En Islande, toute l’énergie est verte. En raison de son activité volcanique, l’île dispose d’une réserve inépuisable de chaleur tellurique. Le pays fonctionne donc à 100% sur cette énergie hydraulique et géothermique. Les producteurs d’énergie locaux accumulent les garanties d’origine, car les Islandais ne doivent pas recourir à ces certificats pour prouver qu’ils utilisent de l’énergie verte. En Islande, toute l’énergie est verte, par définition. Les certificats islandais étant surabondants, ils sont donc vendus, notamment à des fournisseurs d’énergie belges. Ces derniers les utilisent pour ‘verdir’ leur électrique grise. Le problème, c’est que seuls les certificats islandais arrivent en Belgique. Pas l’électricité verte.

Marché de dupes

« Les Islandais savent que toute leur énergie est verte. Quant aux consommateurs belges qui achètent de l’énergie couverte par des garanties d’origine islandaises, ils pensent que cette énergie est vraiment verte. Dans la réalité, une garantie d’origine ne donne droit qu’à une seule production/consommation d’énergie verte. Un peu comme une pièce de 1 euro, qu’on ne peut dépenser qu’une fois, pas deux. Ce marché de dupes ne contribue donc pas à la transition énergétique en Europe. Au contraire », explique Pieterjan Verhaeghen, cofondateur et CEO de Bolt.

Ces derniers jours, Bolt a réalisé des interviews d’Islandais dans la rue, qui ne savent pas que les garanties d’origine de ‘leur’ énergie verte se vendent comme des petits pains en Belgique.

Je sais que toute l’énergie que je consomme est verte. Pour moi, il n’est donc pas très important que cette mention figure sur ma facture. Par contre, je trouve très regrettable que des fournisseurs d’énergie belges puissent ‘verdir’ leur énergie grâce à des certificats islandais », a déclaré Sigurlín Gunnarsdóttir.
Story image
Pieterjan Verhaeghen, CEO de Bolt: « Les consommateurs d’énergie sont trompés des deux côtés. Les Islandais savent que toute leur énergie est verte, mais pas qu’il n’en va pas de même sur papier, car leurs garanties d’origine sont vendues à des pays comme la Belgique. Quant aux Belges, ils pensent consommer de l’énergie verte, sans se rendre compte qu’il s’agit d’énergie grise, qui a été ‘verdie’ grâce aux certificats islandais. Il est urgent d’instaurer en Europe une communication plus honnête et transparente sur l’origine de notre énergie. Sinon, jamais nous n’atteindrons nos objectifs climatiques. »

Acheter un certificat ‘vert’ ? Simple et pas cher

Rien de plus simple – et bon marché – que de devenir ‘fournisseur d’énergie verte’. Il n’en coûte en effet que 1 euro par an et par ménage pour pouvoir qualifier leur énergie de ‘verte’. Il suffit de 10 minutes et d’un coup de téléphone à un trader pour obtenir des garanties d’origine pour l’ensemble de son portefeuille de clients. « Il faut plus de transparence », estime Pieterjan Verhaeghen. « Aujourd'hui, il est trop facile pour les fournisseurs d’énergie de faire croire qu’ils contribuent à la transition vers les énergies renouvelables alors que, dans la réalité, leur électricité ne provient pas de sources durables et renouvelables. »

Les garanties d’origine et l’électricité verte qu’ils certifient doivent être indissociables. « Nous sommes les premiers fournisseurs belges à relier nos clients-consommateurs à des producteurs locaux d’énergie verte. Pourquoi ? Parce que nous estimons que nos clients doivent savoir très exactement d’où vient leur énergie », argumente Pieterjan Verhaeghen.

Tous les pays européens doivent collaborer

« Le système des garanties d’origine ne contribuera réellement à la transition énergétique qu’à la condition que tous les pays d’Europe y collaborent. Y compris l’Islande. Les Islandais doivent aussi utiliser ce système et donc ‘consomer’ leurs propres certificats », poursuit Pieterjan Verhaeghen. Au demeurant, le problème ne se limite pas à l’Islande, car d’autres pays, comme l’Italie et la Norvège, commercialisent à grande échelle leurs garanties d’origine dans toute l’Europe.

Appel aux décideurs politiques belges

Lors du lancement de Bolt en Wallonie, le Parlement wallon a déjà débattu la question des certificats d’origine.

Selon Bolt, les décideurs politiques belges doivent obliger les fournisseurs d’énergie à communiquer de manière plus transparente quant à l’origine de leur énergie verte. « En Flandre, il est possible de connaître l’origine exacte de votre énergie via le comparateur d’origine de la VREG (le régulateur flamand du gaz et de l’électricité). C’est une initiative louable, mais elle devrait ne pas être nécessaire. On ne peut en effet raisonnablement espérer que tous les consommateurs prennent cette précaution avant de choisir leur fournisseur », explique Pieterjan Verhaeghen. « En Wallonie, un tel comparateur n’existe même pas. Voilà pourquoi nous plaidons pour un ‘greenscore’ pour l’énergie, visible très clairement lors du choix ou de l’achat, et qui indique si le contrat est vraiment vert. »

Pieterjan Verhaeghen poursuit : « Aujourd'hui, il est trop facile pour un fournisseur de camoufler du gris avec du vert. En Belgique, toutes les garanties d’origine viennent de l’étranger. Or, ce qui compte, c’est que notre pays commence réellement à investir dans la production locale d’énergie éolienne et solaire. C’est la seule manière de générer des flux énergétiques durables et renouvelables, plutôt que d’acheter des certificats de complaisance à l’étranger. »

 

 

En pratique

Les médias intéressés par des photos ou vidéos de la remise officielle des 1.000 garanties d’origine sont invités à prendre contact avec Talking Birds Public Relations. 

Pieterjan Verhaeghen, le CEO de Bolt, se fait un plaisir de répondre aux questions des médias. 

Koen, le ‘rapporteur’ des garanties d’origine (un Belgo-islandais amoureux de la planète), est disponible sur place pour rendre compte de son action et de ses contacts avec Katrín Jakobsdóttir, la Première ministre islandaise. 



Story image

 

 

A propos de Bolt

Un modèle peer-to-peer innovant

Bolt veut transformer le marché de l'énergie!


Promouvoir l’énergie verte, c’est la meilleure manière de réduire notre empreinte environnementale. Aujourd'hui, de nombreux ménages croient avoir opté pour l’électricité verte, à tort. La gamme actuelle de contrats verts se caractérise en effet par son manque de transparence.

Voilà pourquoi nous avons créé Bolt, la première plateforme énergétique de Belgique qui permet de s’approvisionner directement auprès de producteurs locaux d’énergie vraiment verte. Avec Bolt, l’énergie a un visage humain : les consommateurs optent pour de l’énergie véritablement verte, produite par des particuliers installés près de chez eux.

En optant massivement pour la production verte locale, accélérons – tous ensemble - la transition vers l’énergie durable en Belgique. 

Pieterjan Verhaeghen, cofondateur de Bolt